vendredi 17 juillet 2015

Hommage à Jean-Daniel Ribeyrol

L'Association Culturelle et la Mairie de Razac-sur-l'Isle organisent une exposition en hommage au peintre décédé en 2005. 


Vernissage le mardi 21 juillet à 18h

Exposition ouverte de 15h à 18h
les 24, 25, 26 et 31 juillet et les 1er et 2 août 2015 

Le carton d'invitation de l'Ass. Culturelle et de la Mairie de Razac



















En 1988
Jean-Daniel Ribeyrol
 alors Président de la Société
 des Bx-Arts du Périgord
 a présenté à Périgueux
 une importante rétrospective
 de son œuvre.




Le texte ci-dessous
(de Jean-Louis Galet)
 et les illustrations qui suivent sont extraits de la plaquette
 "J-D Ribeyrol
50 ans de peinture"
éditée en 1988
 


Jean-Daniel Ribeyrol
   
Même lorsque sa carrière professionnelle l'éloignait du terroir, J.-D. Ribeyrol est demeuré viscéralement attaché au Périgord vers lequel il est revenu dés qu'il l'a pu. Qui saurait dire pourquoi ?

Attrait pour son âme d'artiste des sites grandioses ou des paysages agrestes, des cités closes sur leurs trésors, des châteaux altiers prolongeant en plein ciel les falaises dorées? Attirance affective vers le pays des jeunes ans qui virent l'éclosion d'une vocation précoce jamais démentie, confortée par l'atmosphère chaleureuse de l'Ecole de Dessin où il apprenait les rudiments, en cours du soir, en bonne compagnie, Pierre Lucas, qui devint Prix de Rome, en 1937, et Jean Cluzeau-Lanauve, promis à la brillante carrière que l'on sait. Sur ce cénacle fécond, régnaient les bons maîtres Dessales-Quentin et Julien Saraben, dépositaires de l'héritage de l'« Ecole de Périgueux» qui avait connu son heure de gloire au début de siècle, se caractérisant, dans ses méthodes de travail, par un refus de l'autosatisfaction et la recherche du Graal de la perfection, ainsi qu'en témoigne, par exemple, l'abondante correspondance, bourrée de considérations techniques, de Jean Daniel.

Partout où le conduisit sa profession, le premier souci de J-D Ribeyrol fut de rechercher quel milieu artistique pourrait l'accueillir, afin de lui permettre d'enrichir, par la confrontation, les conseils aussi bien que les critiques, les ressources de sa palette ou de son crayon. Car, détail à souligner dans sa génération, il n'a jamais dédaigné ni négligé les exigences du dessin, ce qui assure à ses œuvres une consistance charpentée et rassurante, une « mise en page » sans lacune.

Nous le retrouvons à l'Ecole et à la Société des Beaux-Arts de Grenoble où il s'essaye dans des concours. Les premières réactions du public, de la presse et des jurys sont encourageantes. Il glane médailles et premiers prix en des salons de bon aloi comme celui de Grenoble en 1961 et le Salon de Lyon, ce qui le décide à franchir le pas et à se risquer dans des expositions personnelles. Elles obtiennent bien plus qu'un succès d'estime et lui attirent des sympathies.

Parce que son sens de la convivialité se montre contagieux, une vingtaine de ses condisciples le suivent lorsqu'il a l'idée de fonder, en 1958, dans la rue Greuze, l'«Atelier Greuze», où l'on se réunit pour travailler, échanger des idées à perte de vue, deux fois par semaine. L'idée était excellente puisque l'«Atelier» existe encore aujourd'hui.

En 1968, changement de résidence, c'est Lyon, métropole régionale aux riches traditions esthétiques. Sur ses états de service, J.-D Ribeyrol rejoint immédiatement un petit groupe de très bons peintres qui se réunissent chaque semaine et l'introduisent dans la Société Lyonnaise des Beaux- Arts dont les salons accueillent bientôt régulièrement, le nouveau venu.

Cependant se poursuivent dans toute la France, quelques expositions personnelles et plus fréquemment, des envois aux présentations de groupes, apportant, sans tapage, leur petite moisson de médailles et de prix.

En 1974, c'est enfin le retour au bercail périgourdin où le paysage culturel a changé. Heureusement, la Société des Beaux-Arts est toujours bien vivante avec sa Biennale, très suivie du public, qui accorde au peintre prodigue, en signe de bon retour, une médaille, en 1975.

Les qualités d'animateur de J.-D. Ribeyrol vont être précieuses pour la direction de la société, dont il étoffe la présidence, avant de devenir, lui-même, président. Il a créé, fort de plus d'une soixantaine de membres passionnés et possédés du désir de mieux faire, un groupe de travail retrouvant la tradition des soirées d'études de chevalet de l'ancienne «Ecole de Périgueux». (*)

Ce qui n'empêche en aucune manière les novations, comme ces sorties de plein air, l'été sur les places et dans les ruelles de Périgueux afin de recréer l'ambiance de la «place du Tertre», initiative appréciée des touristes et qui, selon l'expression consacrée, a réussi «à faire descendre la peinture dans la rue», à la grande satisfaction de la municipalité de Périgueux, mécène pour l'occasion, du «Concours du Cadre d'or».

On comprend qu'une œuvre comme celle de J.-D. Ribeyrol, étalée sur un demi-siècle, ne soit pas demeurée indifférente aux nombreux courants d'un contexte pictural en permanente mutation. Dans une rétrospective comme celle de 1988, il sera intéressant d'essayer de dater les toiles, de les situer les unes par rapport aux autres. Il y a eu des «époques» et, fait réconfortant, évolution, c'est-à-dire progrès, dans le perfectionnement des techniques en particulier. On y constate un balancement modéré entre la recherche de l'émotion pure, suscitée par le spectacle de la Nature, avec une sincérité sans détour, et le volontarisme d'une expression à système, inspirée par le surcadrage ou le cloisonnement.

Ce qui assure la pérennité du talent et l'unité de l'œuvre, c'est l'honnêteté, la modestie évidente de l'artiste devant le sujet ou la Nature, la liberté de circulation de l'air, la dilection des jeux de lumière, la perception visuelle des volumes et le traitement coloré en riches glacis.

C'est une peinture de joie de vivre, de petites émotions quotidienne éloignée des tentations de l'académisme et de la grandiloquence, dont l'auteur lui-même explique joliment la raison d'être :

      " Si, dans le monde tourmenté et anxieux où nous vivons, la peinture que j'ai conçue dans la ferveur et la sincérité, peu apporter au spectateur un peut de plaisir et de sérénité, mon rôle n'aura pas été inutile, et j'en serais pleinement satisfait."
Jean-Louis Galet

(*) Le "Groupe de travail" créé en 1977 par J-D Ribeyrol assisté de P-A Enard, fonctionne encore aujourd'hui sous le nom d' "Atelier de la Sté des Bx-Arts". 












Lors de son 77ème Salon Biennal (2005) la SBAP, sous la présidence de J-Cl Allard, a rendu hommage à son Président d'honneur, Jean-Daniel Ribeyrol.

Ci-dessous, deux textes (de P-A Enard et M N Pajot) publiés au catalogue du 77ème salon


De retour au pays en 1974, Ribeyrol a marqué dès son arrivée l'art de la peinture à Périgueux. Je me rappelle l'une de ses premières expositions dans la rue Limogeanne où je découvre ses œuvres qui me laissent perplexe par leur modernité.

A l'époque le lieu culturel était le "Palais des Fêtes". Seule, une poignée de peintres l'investissait : Renaud, Truffier, Bassalert, Baudin, Hirakawa, Cluseau-Lanauve, et bien entendu Riberyrol, pour ne citer que les plus connus.

Très vite il s'impose comme peintre, mais aussi comme chef de file en entrant à la Société des Beaux-Arts. Nommé Vice-Président de Cluseau-Lanauve qui résidait à Paris, puis Président de 1986 à1990, il fait de suite autorité, de part ses connaissances artistiques, son ancienneté, ses qualités d'organisateur et ses facilités relationnelles avec les médias et les autorités locales.

Notre amitié débute au sein de la Société. En 1977 il crée l'Atelier groupe de travail où je le seconde comme "massier". Notre amitié perdure, puisqu'en 1992 il m'incite à prendre la présidence. J'ai alors bénéficié de ses conseils et de son soutien permanent.

Ribeyrol a été un grand bonhomme, un artiste attachant, dévoué à la Société bien sûr, mais également auprès des jeunes qu'il savait encourager et conseiller.

S'il avait le sens critique, il savait le dispenser avec discrétion et simplicité.

Animateur de l'Atelier, il aimait aussi les sorties sur nature, ce qui l'amena à créer "Place du Tertre" devenu, en 1987, "le Cadre d'Or", concours de peinture dans les rues de Périgueux.

Tu as laissé une empreinte indélébile, ton souvenir restera dans nos cœurs.   
Au revoir l'ami. 
Paul-André Enard 
Président d'honneur
_____________________________________________________________________ 

Pendant plus de 60 ans Jean-Daniel Ribeyrol a aimé et peint les paysages de Provence, des Alpes ou de Bretagne. Soixante ans aussi d'émotion pour les paysages périgordins qu'il parcourait, le plus souvent, en compagnie de Jean Cluseau-Lanauve ou Roger Rieupeyroux.

Depuis L'Eglise de Razac peinte en 1938 - il n'avait pas vingt ans - il n'a pas cessé de scruter les lignes, les masses, les lumières et les ombres de "son pays". Tout était prétexte pour esquisser un dessin, "jeter" une aquarelle ou amorcer une pochade.

Ainsi s'est construite une œuvre solide et charpentée comme les architectures qui l'ont inspirée, colorée des flamboiements des automnes sur le canal ou par les verts profonds des combes du Périgord Noir.

La peinture de Ribeyrol, qui témoigne de tant de ferveur pour les paysages de chez nous, trouvera-t-elle enfin sa place au Musée d'Art et d'Archéologie du Périgord ?
Marcel Nino Pajot



Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire

Remarque : Seul un membre de ce blog est autorisé à enregistrer un commentaire.